Une pente glissante : récifs coralliens et marées noires

Écrit par Danielle MOLONEY, Traduit par Sara GAGLIARDI

Introduction

Tout comme l’huile avec l’eau, les hydrocarbures ne se mélangent pas aux récifs coralliens. Alors que les récifs font déjà face à une multitude de menaces à leur prospérité (augmentation des températures, pollution, et surpêche, pour n’en nommer que quelques-unes), les marées noires constituent un autre défi important. Chaque année, 500 millions de gallons pénètrent dans les océans, principalement à cause de l’entretien de navires et des méthodes d’élimination impropres, ce qui leur laisse la possibilité de se répandre dans les eaux des récifs coralliens. Selon les estimations de la Garde côtière des États-Unis, plus de la moitié du pétrole dans l’océan provient d’installations de traitement des eaux usées plutôt que de déversements accidentels de pétroliers.

Comment les hydrocarbures agissent-ils sur les coraux?

Il y a de nombreux facteurs qui aident à déterminer à quel point les hydrocarbures qui entrent en contact avec le corail sont nocifs, y compris l’âge et l’espèce de corail et son exposition. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), il existe trois méthodes principales par lesquelles ces huiles entrent en contact avec le corail : les hydrocarbures qui flottent à la surface de l’eau se déposent directement sur les coraux lorsque le niveau des marées descend; les marées en agitation mélangent les huiles légères directement dans la colonne d’eau, où elles peuvent flotter vers le bas et s’installer sur coraux; les huiles lourdes se mélangent avec le sable et les sédiments, les rendant assez denses pour flotter vers le bas et entrer en contact avec les coraux. En outre, les effets indirects de la combustion du pétrole provoquent une augmentation du CO2 atmosphérique, ce qui conduit à une augmentation des températures océaniques et se présente comme un moyen supplémentaire par lequel l’utilisation d’hydrocarbures endommage les coraux.

Une fois que les hydrocarbures entrent en contact avec le corail, une variété de résultats négatifs peuvent se produire. Cela peut entraver la croissance, le développement, la reproduction et le comportement du corail, et peut finalement conduire à sa mort. Cela a un impact durable sur les écosystèmes qui entourent les récifs coralliens, car les coraux fournissent des habitats et des zones d’alimentation pour de nombreuses espèces marines.

Nettoyer les fuites de pétrole près des récifs ne semble pas en valoir le coup non plus. Souvent, des dispersants chimiques sont utilisés pour arrêter les fuites de pétrole et pour soulager les dommages à proximité immédiate. Donc, moins d’huile devrait entrer en contact avec les coraux. Cependant, certaines études ont montré que même de faibles doses d’exposition aux hydrocarbures peuvent s’avérer nocives pour les coraux. Ces petites expositions à long terme, appelées pollution pétrolière chronique, réduisent l’espérance de vie des larves de corail, endommagent les systèmes reproducteurs, conduisent à la perte de zooxanthelles, et finalement à la mort du corail.

Figure 1: Un diagramme montre certaines des menaces rencontrées par les récifs coralliens, y compris les marées noires. Le panneau latéral droit montre des suggestions pour aider à combattre ces effets négatifs. Image gentiment accordée par la NOAA.

 Les fuites de pétrole dans les nouvelles

Le 25 juillet 2020, le navire japonais MV Wakashio s’échoue sur une barrière de corail au large de l’île Maurice. L’île Maurice, située au large de la côte est de l’Afrique, abrite des récifs coralliens dans les eaux environnantes peu profondes. Considérée comme l’un des récifs les plus riches en biodiversité de la planète, la marée noire à proximité représentait une menace importante pour la santé du système corallien. Le MV Wakashio voyageait de la Chine au Brésil transportant près de 4000 tonnes de pétrole, quand il a frappé la barrière de corail à l’île Maurice. Quelques jours plus tard, le pétrole à bord du navire commença à se déverser dans l’océan.

Alors que cette fuite particulière ne comportait qu’une fraction de la quantité de pétrole déversée dans d’autres catastrophes bien connues (par exemple, la fameuse marée noire de 1989 de l’Exxon Valdez, qui déversa environ 34000 tonnes de pétrole dans les eaux de l’Alaska), le problème à l’Île Maurice était la localisation de la fuite. Le MV Wakashio s’échoua près de Pointe d’Esny, à proximité de deux écosystèmes marins protégés et de la réserve du parc marin de Blue Bay. Le Premier ministre de l’île Maurice déclara l’état d’urgence environnementale, tandis que les volontaires accouraient dans le pays pour aider à nettoyer ce qui a été tristement appelé “un des pires désastres écologiques [de l’île Maurice].”

Figure 2 : Une image de la CNN montre le MV Wakashio divisé en deux après s’être échoué sur une falaise à l’Île Maurice. Image gentiment accordée par la CNN.

 On fait quoi maintenant ?

Sur la base de ce qui précède, quelque chose doit être fait pour protéger les coraux contre les menaces causées par l’utilisation du pétrole. Un pas important dans ce changement est le développement récent d’hydrocarbures à base végétale. Une étude australienne de 2004 a exposé les coraux à la fois aux hydrocarbures végétaux et minéraux, et a ensuite mesuré toute perte d’algues symbiotiques. Les chercheurs ont découvert que l’alternative végétale était nettement moins nocive pour la santé des coraux que celle minérale. Cette alternative remédie également aux émissions de CO2 résultant de la combustion de pétrole, laquelle est une cause de stress pour les récifs coralliens. Le pétrole à base végétale émet en effet moins de gaz à effet de serre.

En s’éloignant des hydrocarbures à base de pétrole, les effets nocifs des marées noires deviendront un facteur de stress moins répandu pour les récifs coralliens dans le monde entier. Vous pouvez suivre les conseils donnés dans la Figure 1 pour faire votre partie et aider à protéger les récifs!

Pour toute question, veuillez contacter l’auteur : dmoloney@fandm.edu 

*Photo en vedette avec l’aimable autorisation de CNN

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close